lundi 10 novembre 2014

La contrainte mène à la liberté

Qui ne s'est jamais ennuyé durant son enfance? Qui n'a jamais souhaité de toutes ses forces devenir, d'un seul claquement de doigt, un adulte autonome, maître de son destin? Qui n'a désiré voir ces heures de profonde solitude bouleversées par l'apparition soudaine d'amis venus des quatre coins du monde? Qui ne s'est dilué dans l'espace temps d'une rêverie que l'ennui avait créée, s'oubliant lui-même, se rêvant plus grand encore?
C'est sans doute pour cela qu'à la suite de Gaston Bachelard, nous repensons aux lieux de notre enfance comme à des paradis perdus "Grenier de mes ennuis, que de fois je t'ai regretté quand la vie multiple me faisait perdre le germe de toute liberté" (La poétique de l'espace

Lundi dernier, en compagnie de Gaston Bachelard, Marie-Hélène Lafon (Album, "Les maisons"), Jean-Jacques Rousseau (5ème rêverie du promeneur solitaire) et Olivier Rolin (Paysages originels), nous nous sommes intéressé à cet ennui profond, à la rêverie et au bien-être qui parfois en découle. 


Le Souvenir
L'été
La Corse
Le groupe de Randonneurs
L'effort
Le sommet
L'espace
L'immensité, la beauté
Le panoramique
La stupéfaction, la contemplation
Les minutes qui défilent
L'ébauche de rêverie
Le couperet
Le guide, son téléphone portable
Ses conversations nuisibles et castratrices

Aujourd'hui
Les consignes de détente, de laisser-aller, de lâcher prise
La réminiscence de la gêne vécue
L’impossibilité d'atteindre la rêverie
Anne P.
tissage de grillage par The wondering bird

Voir régulièrement Annabelle à travers un grillage séparant nos deux maisons, c’était très particulier. On jouait avec elle mais forcément les jeux étaient adaptés puisque le grillage était souvent inclus dans le jeu.
Le sapin, les balançoires, leur aspect grillagé était insolite.
Si nous n’avons joué que si peu de fois pour de vrai chez Annabelle au-delà du grillage, c’est sûrement que cette interposition nous apportait finalement quelque chose de positif. Il faut le voir comme ça…
Etait-ce une vision restreinte de son terrain ? ou bien peut on considérer que du coup j’avais un champ de vision élargi car je regardais à travers ce grillage sur toute la longueur du  terrain, là où peut-être mon œil ne se serait pas posé naturellement.
Dans le  mot grillage, il y a les lettres pour faire le mot Elargi…
Céline L.


Cet atelier fait partie du cycle "Oser écrire" dont l'objectif est de passer progressivement de l'écriture de la mémoire et du souvenir (enfance) à l'écriture de la fiction (mise à distance et création). Ce cycle comprend 7 ateliers de 2h30 entre octobre 2014 et avril 2015 et accueille 10 participants.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire